Stress, un mot mystérieux ?

Qu’est ce que le stress ?

Date: 08/11/2020

Qui n’a jamais utilisé ce mot ? Ou qui ignore ce qu’il signifie ?
Tout le monde pense savoir à quoi correspond le stress.
Moi la première, avant d’entamer ma formation j’avais une idée très précise de ce à quoi cela correspondait.
Par exemple, lorsque je devais parler en public, j’associais mon stress au fait que mes mains devenaient moites, que je rougissais et que je parlais très vite.
Et je pensais que c’était tout.

stress

Et pourtant

J’ai été très surprise d’en apprendre autant sur ce qu’est le stress, de façon générale mais aussi de manière un peu plus scientifique.
J’ai découvert énormément d’informations qui, notamment, m’ont apprises à décoder et donc à comprendre les réactions des personnes.

Déjà, petite parenthèse culture :

Le mot « stress », d’origine anglaise (« distress ») signifie détresse, souffrance.

Il faut noter que ce mot « stress » désigne aussi bien l’élément responsable (dans mon cas = parler en public), la réaction à cet élément (= mains deviennent moites) et l’état dans lequel on se retrouve (= mal à l’aise).

Lorsque nous sommes dans cette situation, notre corps cherche à tout pris à rétablir l’homéostasie, c’est-à-dire qu’il met tout en œuvre pour retrouver son équilibre, son état normal (=mains sèches et redevenir à l’aise).
Pour cela, plusieurs systèmes sont impliqués :
           o Le cerveau
           o L’hypothalamus, l’hypophyse et les glandes surrénaliennes
           o Le système nerveux autonome
           o Le système immunitaire
En fait, nous sommes composés d’une organisation complexe où les organes, les muscles, les os, les systèmes vasculaires travaillent ensemble, main dans la main, de façon ultra coordonnée, sans que l’on s’en rende compte (je pourrais y revenir si cela vous intéresse).
Bref, on est plutôt bien foutus.

Pourquoi ne réagissons-nous pas tous de la même façon face au stress ?

Face au stress, il existe généralement 3 réactions possibles :
           o La lutte (dans mon exemple = j’essuie mes mains, je me remémore mes entrainements, je reprends confiance et je fais ma présentation orale)
           o La fuite (= je trouve une excuse et je ne fais pas mon oral)
           o L’inhibition (= je n’écoute pas mon corps, je reste dans une position inconfortable tout en faisant mon oral de manière plus que bof-bof)

Prenons un autre exemple : dans le cas d’une agression verbale ou physique
Une personne agressée réagit soit en :
           o contre attaquant (= la lutte)
           o s’enfuyant (=la fuite)
           o s’oubliant. Elle reste complètement passive, ne fait rien, ne dit rien, attend que cela passe (=l’inhibition)

De là, on peut décoder notre façon d’agir et celle de notre entourage dans toutes les situations.
           o Lors d’un enterrement
           o Lors d’un premier rendez-vous
           o Face à un mémoire à rendre
           o Face à un serpent
           o Face à son patron,….

Sommes-nous lâches ou sadomasochistes ?

Vu que la lutte est une solution possible, pourquoi certaines personnes fuient ou restent passives ?

En fait, ces réponses sont des réflexes de survie de notre cerveau, qui dépendent notamment de notre vécu.
Généralement, nous réagissons de manière inconsciente.
Ainsi, il est intéressant d’observer quel est notre réflexe naturel, d’en prendre conscience pour éventuellement si nous le souhaitons essayer de le modifier.

Pour ma part, j’y ai beaucoup appris sur moi et mon entourage.
Cela m’a permis d’être moins critique et plus compréhensive, aussi bien envers moi que mes proches.

C’est quand même vachement plus cool quand on ne s’engueule plus à cause d’une place de parking ou parce que notre conjoint n’a toujours pas parlé à son patron !

Et vous, quelle est votre réaction face à un stress ? En aviez-vous conscience ?

Dites le moi en commentaire.
N’hésitez pas à partager l’article à vos proches.
Prenez soin de vous.
Aurélia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *